28 janv. 2010

Oserai-je

Oserai-je ne pas envoyer d'argent pour Haïti ?

Lu de matin dans mon Télérama un courriel de lecteur :
"Qui aura le courage (et l'honnêteté) de dire que, cinq minutes avant le séisme, Haïti se trouvait déjà en état de catastrophe économique, sociale, politique et humaine... Qui aura le courage de dire que les violences que l'on constate ces jours-ci ne sont pas nés de la catastrophe, mais sont monnaie courante dans tous les pays "plus que pauvres", d'avouer qu'il ne faut pas dire "reconstruire" mais construire... Qui aura le courage de faire la liste de tous ces pays qui, dans le monde, sont dans l'état où était Haïti cinq minutes avant le séisme [...] Heureusement, de plus en plus de commentateurs remarquent le grand courage, la grande dignité interne du peuple haïtien, qui dans son ensemble fait preuve d'une très grande solidarité... Mais qui aura le courage de dire que ce sont les pays riches qui doivent dorénavant faire preuve de dignité, en refusant de laisser sombrer année après année toute la partie "non émergente" du monde !
" Gilles Dagand.

Ce soir on parle aussi de richesse culturelle haïtienne dans l'émission littéraire de France 5, de dette payée à la France pour la reconnaissance de son indépendance, des années de dictature où l'on a laissé saigner le peuple haïtien... lointaine peur de la contagion dans cette zone de la caraïbe où Haïti demeure le seul pays francophone indépendant... Le coeur d'Haïti bat toujours, encore, malgré les images chocs et indécentes diffusées chaque jour qui ne sont ni l'honneur, ni la fierté des commentateurs du drame.

Oserai-je ne pas envoyer d'argent pour Haïti ?

Bibliothèque sans frontières



3 commentaires:

  1. J'ai osé ! Je n'ai rien envoyé...

    RépondreSupprimer
  2. Tu nous fais combien de billets par jour, toi ?

    RépondreSupprimer
  3. Euh... c'est dire que quand je suis lancée !!

    RépondreSupprimer

Voilà, vous n'avez plus qu'à prendre un pseudo, éviter les grossièretés et me livrer vos commentaires